Blépharoplastie inférieure - Dr Stéphane Bruneau
Le Docteur Stéphane Bruneau est chirurgien maxillo-facial, spécialisé dans la chirurgie esthétique et reconstructrice du visage, à Aix-en-Provence. Ce site d'information médicale est destiné au public qui souhaite en savoir plus sur la médecine et la chirurgie du visage. Il vous accompagnera tout au long de votre démarche, depuis votre prise de décision, ainsi qu’au cours de chaque étape de votre prise en charge.
chirurgie, esthétique, aix, Provence, visage, paupière, blépharoplastie, oculoplastie, nez, rhinoplastie, acide, hyalurtonique, toxine, botulique, botox, implant, dentaire, mâchoire, orthognathique, lifting
16744
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16744,page-child,parent-pageid-16529,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-11.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive
 

Blépharoplastie inférieure

La chirurgie esthétique des paupières inférieure permet d’alléger et de rajeunir le regard. Elle a pour but de diminuer les signes du vieillissement tels que les ``poches sous les yeux`` et l'aspect flétri lié au relâchement des structures. Elle donne au regard un aspect plus détendu, reposé.

Principe de la blépharoplastie inférieure

Chez certains patients, on retrouve au niveau des paupières inférieures un relâchement du muscle orbiculaire orbitaire associés à un excès de graisse qui entrainent des “poches sous les yeux”, et donne au regard un air “fatigué”.

A force de relâchement, la peau prend un aspect flétri et distendu.

Cette altération des paupières apparait souvent avec le temps, mais elle est également retrouvée chez des patients plus jeunes dans un cadre héréditaire.

La blépharoplastie inférieure consiste en une remise en tension naturelle des structures de la paupière inférieure, associée à une résection des excès de muscle, de graisse et de peau.

Avant la blépharoplastie inférieure

Deux consultations spécialisées sont obligatoires avant d’entreprendre un acte de chirurgie esthétique.

La première consultation est essentielle pour faire le point sur vos attentes et établir un projet de soin sur mesure, adapté à vos objectifs. Votre chirurgien procède à une analyse précise de vos paupières, en prenant en compte non seulement l’aspect esthétique mais également l’aspect fonctionnel des annexes oculaires. Un bilan photographique est réalisé. Votre chirurgien élimine d’éventuelles contre-indications au traitement. Il prend le temps de vous informer sur le déroulement de l’intervention, en explicitant les rares complications potentielles. Cette consultation est un moment privilégié qui vous permet de répondre à toutes vos questions concernant la chirurgie des paupières et de vous rassurer. Au décours de cette consultation, une fiche d’information écrite vous est remise, ainsi qu’un devis détaillé.

 

Une deuxième consultation spécialisée est fixée après un delai de reflexion d’au moins 15 jours. Elle permet de reprendre point par point les éventuels détails qui nécessitent d’être éclaircis. Ce n’est qu’à la fin de cette deuxième consultation que votre chirurgien procèdera à la programmation de l’intervention et au choix de la date opératoire.

Déroulement de l’opération chirurgicale

La blépharoplastie inférieure est généralement réalisée sous anesthésie générale, dans le cadre d’une journée d’hospitalisation ambulatoire (entrée à la clinique le matin et sortie le jour même).

En fonction du type de correction nécessaire, la cicatrice est placée soit discrètement 1 à 2mm sous les cils et prolongée dans une ride de la patte d’oie, soit dissimulée en arrière de la paupière.  Les excédents de graisse sont retirés, le muscle et la peau sont remis en tension et l’excédent également retiré.  Les sutures sont réalisées avec des fils très fins, non-résorbables, et seront enlevées environ 1 semaine après l’intervention.

La technique opératoire choisie dépend de la morphologie et est adaptée à chaque patient. Des procédés complémentaires tels qu’une micro-injection de graisse ou une remise en tension du ligament du coin de l’oeil (canthopexie) peuventêtre associés.

Après la blépharoplastie supérieure

Une semaine de repos est recommandée dans les suites de l’intervention. La reprise de la vie sociale et professionnelle peut se faire rapidement au décours. Le maquillage peut être repris dès l’ablation des points de suture.

On ne retrouve pas de douleur post-opératoire, mais une gêne décrite comme un léger inconfort.
Les suites opératoires habituelles peuvent comporter des bleus (ou “ecchymoses”) pendant 2 semaines, un gonflement (ou “œdème”) modéré des paupières pendant 1 mois, des cicatrices légèrement visibles, notamment lors de la fermeture des paupières, rosées et indurées pendant 3 mois.

Dans certains cas, un larmoiement peut être retrouvé transitoirement.

Le résultat définitif est apprécié entre 3 et 6 mois.

Dans tous les cas, des consultation de contrôle sont nécessaires 1 semaine après l’opération, puis à 1 mois, 3 mois et 6 mois. Elle permettent de s’assurer de l’absence de complication. Dans de rares cas, une retouche peut être nécessaire en présence d’une légère asymétrie.

Existe-t-il des risques ?

Les complications sont rares. Toutefois, la blépharoplastie supérieure est une véritable intervention chirurgicale qui implique à ce titre les risques liés à tout acte médical, et dont le patient doit être informé avant de prendre la décision d’une opération.

Ainsi, on peut retrouver :

  • Hématome : rare, sans gravité dans la majeur partie des cas, il nécessite d’être évacué.
  • Infection : rarissime au niveau des paupières, elle nécessite des soins locaux.
  • Anomalie de cicatrisation : très rare au niveau des paupières, elle peut être à l’origine d’une cicatrice moins discrète que prévue, ou encore nécessiter quelques points de sutures sous anesthésie locale.
  • Kystes épidermiques : aspect de points blancs le long de la cicatrice qui sont facilement retirés au cabinet à l’aide d’une petite aiguille sans pour autant compromettre le résultat esthétique final.
  • Trouble de la sécrétion des larmes : sécheresse oculaire majorée par l’intervention et à l’origine d’un larmoiement post-opératoire. Souvent temporaire, elle peut nécessiter un traitement par larmes artificielles.
  • Ptosis (difficulté à ouvrir complètement la paupière : rarissime, sauf au-delà de 70 ans chez des patients présentant un déficit préexistant qui peut être majoré.
  • Lagophtalmie (impossibilité de fermer complètement la paupière supérieure) : possible les tout premiers jours suivant l’intervention, sa persistance au-delà de quelques semaines ne devrait pas se rencontrer.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la fiche d’information de la Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique en cliquant ici

Cette fiche d’information ne remplace pas une consultation médicale.
N’hésitez pas à poser toutes vos questions directement à votre chirurgien.